Vallée de l'Elqui

Dernière étape de notre périple au Chili, avant de quitter le continent Américain pour la Nouvelle-Zélande. On a choisi de monter vers cette région pour passer Noël tranquillement, plutôt que dans le tumulte de Santiago. Donc après un vol en avion et un bus de nuit, on débarque à Vicuña.

Vicuña

Petite ville de la vallée de l’Elqui, Vicuña est paisible. Le climat est chaud mais légèrement venteux, et le Rio Elqui qui traverse la vallée permet d’apporter toute l’eau nécessaire aux différentes vignes. Car oui, cette vallée est connue principalement pour sa production de vin et de Pisco, une liqueur à base de vin distillé, qu’on avait déjà rencontré au Pérou. De là à savoir si le Pisco est Chilien ou Péruvien… On n’a pas osé poser la question !

Après notre trek de 5 jours aux Torres del Paine, on choisit de prendre un hostel plutôt sympa, avec piscine, histoire de se détendre un peu… On est tout seul, une fois de plus, et on a tout l’hostel rien que pour nous, le pied.

On décide quand même de se motiver pour aller voir un petit village censé être vivant et mignon. On marche sous la soleil brûlant pendant un long moment, au milieu des vignes. C’est joli, mais on a chaud…

Sur la route, on passe devant une fabrique de Pisco, ABA, qu’on décide de visiter. La propriétaire nous fait une visite guidée, et nous propose une dégustation. Pas mauvais ! Ca ressemble un peu au Cognac, en plus doux. Claire craque sur une bouteille de Pisco au lait et café. Très bon pour l’apero !

On arrivera ensuite à Diaguitas, petit village connu pour ses poteries. Malheureusement ce jour-là, le village était mort. Pas un chat… On se posera sur la place centrale, très agréable, pour le pique-nique, puis on boira une petite bière dans une brasserie artisanale à quelques pas.

On quittera le village en traversant un pont suspendu bien flippant, avant de rejoindre la route principale et de se faire prendre en stop pour retourner à Vicuña. Le Chili a été une bonne expérience au niveau du stop, les gens sont vraiment ouverts à ça.

Observatoire Mamalluca

Outre le vin et le Pisco, la vallée de l’Elqui est aussi connue pour ses observatoires. En effet, elle est idéalement placée en latitude, et il y a peu de villes alentour, donc peu de pollution lumineuse.

On décide d’aller faire une visite d’observatoire le soir venu. La nuit tombe, et le guide nous fait monter vers le télescope. Il nous montre tout fier que tout est automatique, et que le télescope sait trouver les étoiles, planètes, ou constellations qu’il rentre dans la petite télécommande vétuste. On pourra observer tout à tour Venus, et 2 amas d’étoiles (dont on a oublié le nom…). La vue était impressionnante, on pouvait distinguer les milliers de points blancs formant ces amas !

S’en suivra environ 1h d’observation au télescope manuel, à l’extérieur, pour que le guide nous explique différents phénomènes, différentes constellations, et pour qu’on ait le temps de faire des photos. On n’avait jamais vu si clairement la voie lactée et les constellations. Le ciel brillait de mille feux, c’était magique.

Noël

On passera Noël à La Serena, la ville côtière qui clôt la vallée de l’Elqui, dans un bel hôtel avec piscine et spa, pour clore en beauté cette aventure en Amérique du Sud. Malheureusement, c’était un peu plus compliqué pour le repas, tous les restaurants (même celui de l’hôtel) fermant à 18h.

On finira par trouver un restaurant sur la côte, dans lequel on mangera très bien, avec du vin servi toute la soirée. Un bon moyen de quand même célébrer Noël, loin du climat habituel et de nos proches.

Le lendemain, on rejoindra Santiago pour s’envoler au-dessus du Pacifique.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :