Puerto Varas

Puerto Varas est une ville paisible de la région des lacs, au bord du lac Llanquihue, avec 2 volcans en arrière-plan : l’Osorno et le Calbuco. Vu qu’on a décidé de rester un peu plus longtemps à Pucon juste avant, on n’aura que 2 jours pour voir les alentours.

Après quelques heures de bus depuis Pucon, et l’installation dans notre auberge, on décide de visiter la ville. Le centre-ville est vivant, avec plein de commerces, des groupes de musique dans la rue (de qualité, ça change…), et des familles sur la petite plage du lac. La ville est tout de même moins touristique que Pucon, on y trouve beaucoup moins d’agences et de bars. C’est pas plus mal… On admire quelques minutes la vue sur le lac et les volcans avant de monter sur la colline Calvario, qui offre un beau point de vue sur la ville.

On voulait passer à Frutillar, à 30 minutes en bus, une ville connue pour son architecture et son style germaniques, mais on a eu la flemme… Un peu de repos de temps en temps, ça ne fait pas de mal…

Le lendemain, on décide d’aller vers Petrohué, à 1h30 en bus local, pour y voir des chutes plutôt réputées dans le coin, et faire une petite rando de 12km vers le lago Todos los santos (lac de tous les saints).

Premier arrêt aux chutes. L’entrée n’est pas donnée (7€), donc ça a intérêt d’être bien ! On marche seulement 5 minutes pour atteindre les fameuses chutes. Petite déception, elles ne sont pas si impressionnantes que ça… Elles ne sont pas hautes, ni vraiment belles, en revanche, l’eau y est puissante, et d’une couleur vraiment claire, avec une vue sur les volcans au fond. Mais ce jour-là le ciel n’était pas très clair, donc on aura du mal à les deviner en arrière-plan. Je pense que ces chutes valent plus le coup avec un grand soleil.

La suite du parc consiste en une petite boucle de 20 minutes appelée « le sentier des amoureux ». On y croisera un zorro chilien, sorte de renard local, qui posait pour la photo, et un autre un peu plus trouillard, qui ne nous laissera pas le temps de dégainer l’appareil photo. Au bout, on retrouve la rivière Petrohué et son bleu magnifique, l’occasion pour une belle photo.

On reprend ensuite le bus pour aller vers Petrohué, petit village qui est le point d’entrée d’un parc protégé. On décide de faire la boucle de Los Alerces, qui fait 12km et qui s’annonçait comme facile. C’était sans compter le fait que les 3/4 de cette rando se font dans le sable… Il y a des moments où ça nous a vraiment saoulé. Mais ça vaut le coup : on est aux pieds du volcan Osorno, on traverse de nombreuses coulées volcaniques, et le mirador Los Alerces nous offre une vue sur le lac, la forêt environnante, et des coulées de lave durcie sur les collines.

On se posera sur une petite plage de sable noir au bord du lac pour manger et faire une petite sieste, avant de repartir vers Petrohué pour prendre le bus vers Puerto Natales. La marche du retour se fait principalement par la plage. C’est beau, mais encore une fois, le sable, c’est chiant !

On rentre dans notre auberge pour un repos bien mérité, avant de partir le lendemain pour l’île Chiloe.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :