Nazca

Si on se retrouve aujourd’hui à Nazca c’est pour aller voir les fameux géoglyphes, on savait vaguement de quoi il s’agissait, moi j’avais l’idée que c’était l’oeuvre d’extra-terrestres (bien-sûr j’y crois pas) ou d’ancienne civilisation.

Pour se cultiver davantage sur le sujet on se rend le soir-même dans un fabuleux hôtel (non pas pour y loger…) pour rejoindre une visite guidée dans un Planétarium dédié.

On apprend qu’une certaine Maria Reiche, mathématicienne de renom, a consacré sa vie entière à travailler sur le sujet, essayer d’en dénouer le mystère qui y règne encore. Pourquoi toutes ces figures ont-elles été tracées ? Peut-être avaient-elles un lien avec les constellations et aussi pour y récolter l’eau. Ces fameux sillons pourraient acheminer l’eau, car on apprend que cette région est particulièrement sèche. Rares se font les jours de pluies, au grand désespoir de nos ancêtres (nous perso on est content de ne pas avoir d’averses)

La visite y est très intéressante et on à hâte d’aller les voir demain. Avant de quitter les lieux le guide nous invite à observer via un télescope la Lune et Vénus. L’expérience est top, j’avais jamais vu la lune d’aussi près ^^

Le lendemain comme prévu on s’aventure pour aller voir les lignes, on comprend vite que l’activité phare est de les survoler avec un avion miniature pour une somme bien trop élevée. On se contentera d’aller voir deux trois figures en rejoignant un mirador. Pour ce faire, on prend un bus local « Soyuz » situé juste en face du terminal Cruz del Sur (autant vous dire qu’on est encore les deux seuls touristes dedans) pour la modique somme de 3 Soles (moins d’1€), le trajet dure 15 minutes sur la route panaméricaine, le chauffeur nous stoppe devant le premier mirador Maria Reiche. Là encore, il faut donner quelques Soles (4 pour être précise, visiblement chaque année ça augmente, j’avais pas lu ce prix sur un blog). Bref on monte, c’est pas foufou, enfin on voit la figure oui, mais bon, c’est pas l’extase, juste un peu mystérieux et finalement on est content de ne faire que ce mirador.

En rentrant on décide de profiter de la fin de journée pour se balader. La ville est moche à mon goût. Heureusement l’hostel dans lequel on est est cool, avec une petite terrasse ou l’on peut profiter des rayons du soleil.

L’étape prochaine est d’aller marcher quelques kilomètres pour aller voir des ruines : « Los paredones ». Là encore, y’a que nous. Visiblement c’est pas le lieu magique et effectivement c’est pas foufou, quelques ruines par-ci par-là, on décide de rentrer un peu déçu.

On passera la soirée aux côtés d’un couple de Français (Emilie et Steven) rencontré via Instagram, on échange nos aventures respectives et projetons de se rejoindre quelques jours plus tard pour faire la Rainbow Mountain vers Cuzco, nos plannings semblent coller.

Après une bonne nuit, enfin non pas vraiment… on est mal tombé, allez savoir pourquoi, juste à côté de l’hôtel, sur la terrasse voisine, se trouve une basse-cour avec plusieurs coqs, hyper motivés pour te casser les oreilles dès 5h du mat, et surtout ne s’arrêtent jamais car ces bêtes là communiquent aussi entres-elles à des kilomètres. D’autres coqs plus lointains se joignent à la chorale… Insupportable, et ça pendant 3 jours!

On essaie de se concentrer sur notre nouvelle journée mais on se retrouve un peu coincé car tous les autres points d’intérêt ne peuvent pas se faire en solo (oui on tente de limiter au max les dépenses), ils sont situés bien trop loin et surtout accessibles qu’avec des tout-terrains ou buggys. On fonce donc à la recherche d’une agence proposant un tour de 4h par personne (avec l’entrée sur site) voir le cimetière Inca profané, la pyramide et les aqueducs, pour finir avec une balade dans les dunes et du sandboard (encore). On trouve un tour tout-compris pour 75 Soles (20€) par personne.

On rejoint notre groupe, une famille de Péruvien (Grand-mère comprise) et deux espagnols, on se marre un peu dans notre coin quand on voit Mamie Péruvienne bien attachée dans le buggy.

C’est partie pour la visite, très intéressante, on souhaite que le guide parle en Espagnol pour se familiariser davantage avec cette langue. Le guide est cool, il articule bien et parle lentement, on est quasi sûr d’avoir tout compris.

Les aqueducs sont bien pensés, pour acheminer l’eau depuis les montagnes et la stocker, uniquement pour irriguer les sols. De son côté Mamie du Pérou est cramponnée au Buggy et ne veut plus descendre, à mon avis elle est impressionnée par l’engin.

Aqueduc Nazca

Le deuxième site est le cimetière, malheureusement il a été profané pour voler tous les bijoux et or des tombes… Donc en fait on est surtout face à des tas de sable composés d’os par centaines, de restes humains étonnamment bien conservés (le milieu dans lequel on est est propice à la conservation des corps, peu de vent, pas de pluie), on prend même en photo un bout de bras et main et ça donne la gerbe, y’a même des cheveux en boule un peu partout. Personnellement j’aime pas et surtout je comprends pas que le site soit pas un minimum protégé, n’importe qui peut aller fouiller la dedans…

A l’écart le guide nous présente un cadavre, en position foetale, c’est un peu l’attraction reconstituée, mais tout aussi dégueu…

Contente de quitter ces lieux on se dirige vers la plus interessante, les pyramides. Effectivement c’est pas mal, on nous explique que les recherches sont effectuées par une société privée, au moins ici on ne doit rien toucher et suivre un chemin de pierre. Ce lieux servait de cérémonies religieuses où ce gentil petit peuple Nazca effectuait des sacrifices humains sur une place. Oui on comprendra plus tard que les sacrifices humains c’était vraiment leur dada, pour plusieurs raisons sans doute mais surtout dans l’objectif de se réincarner en Dieu.

Pyramide Nazca

Bref après tout ça on remonte dans le buggy, le pilote nous précise que l’aventure commence maintenant, il accélère direction les dunes. C’est agréable car cette fois-ci on est juste deux buggys à parcourir l’immensité du lieu, c’est vraiment beau et la balade est douce. Parfois le pilote accélère un peu et s’amuse à nous faire peur en se mettant au bord d’une descente bien raide et en criant « Oh no! Oh no! Noooooo! », enfin c’est surtout Mamie Péruvienne qui s’accroche à sa ceinture.

Puis on reprend tranquillement le chemin direction Nazca, avec 45 minutes de trajet. Le guide nous fournit des duvets pour mettre sur nos jambes. Il fait encore 25 degrés et on ne comprend pas trop, mais quelques minutes plus tard, une fois le soleil couché, la température chute drastiquement : le duvet n’est finalement pas de trop !

Une fois rentrés, on se pose dans notre hôtel en attendant notre bus de nuit à 22h45. Benj voulait du calme et du repos, mais la fille de la proprio en avait décidé autrement : il était devenu son meilleur ami. Avec un air complètement saoulé, il a quand même eu assez de patience pour lui faire faire le cheval et faire des châteaux de coussins qu’elle détruisait sur Claire. « Otra vez! Otra vez! » (« Encore! Encore! ») qu’elle disait…

Finalement, Benj a réussi à la rendre à sa mère, pour profiter des dernières minutes de calme avant le voyage à venir…

Claire

%d blogueurs aiment cette page :