Île du Sud (2/3)

La région sud-ouest

De Queenstown à Tutapere

Partis de Queenstown, on se met en route vers Te Anau, une ville paisible du sud-ouest de l’île, servant d’étape à tous les touristes qui se dirigent vers le Milford Sound. La ville est bordée par le lac Te Anau, le plus grand lac de l’île du sud (et le second de toute la NZ). La route est belle et on décide de prendre notre temps. On s’arrête sur quelques points de vues et pour déjeuner tranquillement.
Benji s’accordera une bonne sieste. Quant à moi je décide d’aller courir sur la gravel road où il y a peu de passage. Le paysage de plaines est agréable, je croise pas mal de lapins. Je crois qu’en NZ ils font partie des animaux les plus visibles avec les moutons et brebis.

À 19h30 on part rejoindre un camping gratuit un peu plus au sud. On traverse un vieux pont de bois, et on y est. On est les seuls. Il n’y a même pas de panneau indicatif, juste un terrain, mais apparemment, c’est un camping officiel. Tant mieux on sera au calme.

Le lendemain matin on décide de rejoindre le point de départ d’une randonnée. Après 15km de gravel-road on arrive au parking du Mount Burns Track. 1km annoncé avec 200m de dénivelé. Effectivement ça monte et la vue est magnifique sur plusieurs petits lacs. On décide de poursuivre sur les plaines environnantes. Le chemin n’est pas tracé, on va où on peut à travers les hautes herbes. On voit des gens au loin, on essaye de suivre leur direction. Après plusieurs collines montées tant bien que mal, Benji décide d’aller jusqu à une haute colline où la vue est encore plus belle, pendant que je m’octroie une petite sieste dans la nature.

Après avoir parcouru à nouveau la gravel-road et roulé encore un peu vers le sud, on se rend aux Clifden Caves, à 17km au nord de Tupapere. L’accès est libre et en plus des casques sont à disposition. Heureusement d’ailleurs sinon notre cuir chevelu aurait été sacrément amoché. On se tortille dans tous les sens, c’est boueux, parfois on traverse quelques piscines. On s’amuse beaucoup et en plus on aperçoit quelques vers luisants.

On aurait voulu atteindre la 1ere sortie sauf qu’on s’est retrouvé cette fois face à une immense piscine. On refuse de nager alors on doit faire demi-tour, nous devons être attentif aux signaux réfléchissants sinon on se perd vite. Après  1h là-dessous on ressort très content de notre excursion ! Et en plus gratuite !

On remontera ensuite en direction de Te Anau, pour prendre la route du Milford Sound.

Région du Milford Sound

Après une petite heure de route depuis Te Anau, on se retrouve complètement dans la forêt. La route est magnifique, et il y a beaucoup de points de vue. On s’arrêtera donc régulièrement pour voir une plaine anciennement recouverte par un glacier géant, un lac miroir (mais il ne faisait pas beau, et un canard s’amusait à faire plein d’ondes dans l’eau…), ou encore un point de vue sur la vallée Hollyford.

  • Lake Marian Track (6km A/R 400m D+)

On attaque notre première randonnée, le Lake Marian Track qu’on débute un peu tard à 13h30. Seulement 3km pour atteindre le lac mais 400m de dénivelé tout de même.

La randonnée se déroule dans la forêt après avoir longé la Hollyford river d’un bleu pétillant, c’est magnifique.

La suite du chemin n’est pas facile, surtout vers la fin où le chemin est sacrément boueux mais le spectacle final en valait la peine : Le magnifique lac Marian se dévoile devant un ciel un peu bleuté et surtout les montagnes enneigées en toile de fond.

Le retour se fera plus rapide car nous avons très faim. Début du repas à 17h devant une superbe vue.

  • The Key Summit Track (7km A/R 400m D+)

Ce matin on se réveille sous la pluie, c’est déprimant mais on se rend tout de même au track. Le chemin heureusement n’est pas boueux comme la veille, il n’y a que des pierres. La montée est régulière donc nos mollets ne souffrent pas trop.

Au sommet la vue est bien nuageuse, on n’aperçoit pas grand chose. Même le lac Marian se fait timide. On décide donc de redescendre assez vite.

On fonce au van, prochaine étape « The Chasm », ici la foule de touristes est bien présente. Tu m’étonnes, 15min de marche à pied aller-retour c’est pas suffisant pour les faire fuir (il en faut minimum 30… haha).

Le spectacle est vraiment cool, la puissance de l’eau est si forte qu’elle emporte avec elle des morceaux de pierres, ce qui lisse les grosses roches avoisinantes.

On reprend une nouvelle fois le van direction le Milford Sound pour se faire à manger, des pastas pour changer. En repartant sur la route, Benji ayant eu la flemme de transvaser les pattes dans un récipient décide de les laisser dans la casserole sur la grille. Évidemment ce qui devait arriver arriva : Paff un seul virage aura suffi à tout faire valdinguer à-même le sol… Benji rit joyeusement de sa bêtise.

  • Milford Sound (2h de bateau)

Benji nous a dégoté un tour pour 110$ pour nous deux avec la compagnie Mitre Peak. Ce qui n’est vraiment pas cher, enfin si, mais comparés aux tarifs habituels plutôt aux alentours de 90$/Pers, c’est une bonne affaire.

On débute à 16h30, en se rendant en van sur la parking évidemment on rack encore un peu: 10$ de l’heure, non découpables… Il en faut donc 3, aïe…

Autre détail, il a fait un temps dégueulasse toute la journée… On court le risque de ne rien voir et de faire la croisière sous des trombes d’eau. Heureusement, pile au moment de l’embarquement, la pluie cesse, et on aura même droit à quelques éclaircies !

L’expédition commence. Nous qui avions peur de nous retrouver dans un bateau plein à craquer, on n’est qu’une trentaine de personnes, ouf! Le spectacle est magnifique. On peut voir de nombreuses cascades, toutes aussi belles les unes que les autres. Pour deux d’entre elles, le capitaine s’amusera à s’approcher au plus près, mouillant complètement tous ceux qui étaient restés sur le pont.

Arrivés au bout du fjord, l’eau se fait plus agitée mais est aussi plus belle. Elle est bleue pétillante, en fond le ciel est gris et menaçant, ce qui donne un contraste saisissant.

Sur le chemin du retour on croisera une troupe d’otaries sur leur rocher. Elles s’amusent entre elles et ne semblent pas dérangées par ce gros bateau qui les approche.

Puis après un dernier point de vue sur les montagnes au sommet enneigé, on rentrera dans notre camping, pour se reposer un peu de cette longue journée après un bol de nouilles.

  • Gertrude Saddle Track (9km A/R 700m de D+)

On se lève super tôt (en vrai j’ai mal dormi, réveillée depuis 6h, le corps congelé et humide). On n’est pas vraiment motivé pour cette rando mais aucun des 2 ne le dira à l’autre à ce moment-là, seulement après coup. Et on a bien fait !

Depart à 9h20, le ciel n’est pas trop menaçant, au début c’est plat, bien qu’on soit obligé d’avoir le nez sur nos pieds. Les caillasses sont partout.

Puis d’un coup on grimpe, très fort. La vallée est magnifique, on croise un jeune homme qui nous précise qu’on devra marcher dans la neige. Euh… C’était pas prévu au programme ça…

Ça promet. Et effectivement quelle surprise, on est de vrais petits aventuriers, on doit suivre les traces de pas car sinon le risque est de tomber dans un trou entre 2 rochers…

Ça fait un peu peur mais c’est tellement chouette. On prend un pur plaisir à évoluer dans cet environnement. On est un peu des alpinistes du dimanche haha..  On aura une superbe vue sur un lac, puis on continue à grimper, il y a même un câble tendu le long des roches pour garantir une certaine sécurité.

Avant d’arriver en haut, on croise deux keas qui se font un plaisir de jouer les stars devant l’objectif. Ces perroquets uniques de l’île du sud ne sont pas farouches du tout.

On continue à grimper les derniers mètres, et là.. Le spectacle est juste saisissant… Les images parlent d’elles-mêmes.

Bilan Milford Sound

On a adoré bien que le temps fut maussade à certains moments ainsi que des nuits glaciales et humide. La sortie en bateau a été vraiment magique.

Classement de nos 3 randonnées :
1. Gertrude Saddle track
2. Lake Marian track
3. Summit track

%d blogueurs aiment cette page :