Île du Sud (1/3)

De Christchurch à Queenstown

Christchurch

Après 20h de transport (avion, voiture, bus) on est vraiment en jet lag total. On a 12h de décalage avec la France et 8h avec Santiago donc autant dire que c’est difficile d’être en forme.

Après avoir récupéré notre van (non sans difficulté puisqu’en sortant de l’aéroport on est quand même monté dans une camionnette avec une gentille dame à l’accent incompréhensible qui nous dépose dans une agence….. qui n’était pas la notre… Malaise)

Heureusement la dame comprend elle aussi son erreur de ne pas avoir vérifié nos identités, bref elle nous ramène à l’aéroport et nous repartons avec Graham. Il nous montre notre van que nous baptisons Mo’unga (qui signifie Trésor en Maori). C’est un vieux coucou qui a du vécu, mais il est bien entretenu, et hyper fonctionnel.

On va pouvoir enfin découvrir la ville, mais après avoir fait des courses. Une étape pas évidente, ici tout est cher, alors le régime noodles, pâtes, lentilles va s’imposer. Niveau légumes seules les carottes et tomates restent abordables. Pour les fruits ce sera bananes et pommes. Bref on s’y fera =)

On part ensuite découvrir la ville. On croise quelques fresques, et la New Regent Street, trop mignonne, avec ses maisons coloniales et son vieux tramway. Les espaces sont super bien aménagés autour de la rivière Avon, et il y fait bon vivre. Ce qui nous marquera le plus néanmoins, c’est la bibliothèque municipale, qui est high-tech et hyper bien pensée (espace légo, espace lecture dans une fausse grotte, espace jeux vidéos, espace détente et des PC à dispo le tout dans un univers lounge). On est impressionné, on voudrait avoir la même près de chez nous.

On est tellement fatigué qu’on ira vite se trouver un camping. Finalement on opte pour loger dans la cour d’un particulier, qui fait aussi auberge. Donc on a accès à une cuisine et salle de bain. Pratique pour une première nuit, qui se révélera ultra longue, 12h de sommeil ! On en avait besoin !

Akaroa

Objectif du jour, rejoindre Akaroa, petite ville au bout d’une péninsule, et ancienne colonie Française. Donc beaucoup de maisons ont un style colonial.
On observe un magnifique bras de mer et ses nombreuses baies. On se baladera dans cette ville tranquillement, ici règne la paix. Enfin sauf dans les rues principales. Il y a énormément de touristes, tous se jettent sur les restaurants en bord de mer et dans les agences de bateaux pour aller voir les dauphins. Pour nous, on s’en passera, les prix sont bien trop élevés.

Tant pis pour le restaurant, on décide de reprendre le van pour se trouver un spot pour le déjeuner. Figurez-vous qu’on ne pensait pas trouver un spot comme celui-ci, en haut d’une colline surplombant la baie d’Akaroa. On est seulement deux vans à y être, loin de toute cette foule. C’est jouissif !

En repartant on se trouvera un petit camping où là encore on effectuera une seconde nuit de 12h. (jusqu’ici on n’a pas pu regarder de film en entier, au bout de 20 minutes on s’endormait…)

Lac Tekapo

Depuis notre camping on a mis 3h pour rejoindre le lac. On a trouvé un super spot pour faire notre déjeuner. En face du lac, avec notre amie la petite canne, que Benj essaie tant bien que mal d’apprivoiser.

Ensuite on rejoint le parking des Hot Springs d’où démarre la randonnée en boucle de 8.5km passant par le Mont John. La randonnée est vraiment facile, sauf qu’au sommet on se prend des rafales de vent comme on en avait rarement connues ! Impressionnant, ça nous amuse beaucoup, on prend quelques clichés puis on continue. Tout le long on observe ce magnifique lac à la couleur bleu azur, au milieu des moutons et des lupins.

On décide de continuer la route en van vers le lac Pukaki (car les campings ici sont hors de prix)  qui se révèle tout aussi beau que Tekapo. On prend un camping gratuit juste au bord du lac, qui nous offrira des couleurs magnifiques au crépuscule, et une nuit étoilée incroyable.

Mont Cook

Ce matin on se lève tôt, 7h, pour rejoindre le parking de la première randonnée : la Tasman Valley Track pour aller voir le Glacier et le lac Tasman. Le chemin nous mène sur un mirador, une petite montée rocailleuse, pour admirer le glacier. Mais le charme n’opère pas, sa surface est tristement grise et le lac grisâtre, on est déçu de faire 8km pour ça.

Comme lot de consolation, on croisera nos premiers Keas, des perroquets de montagnes que l’on trouve uniquement sur l’île du sud de la NZ. Ils ne sont pas craintifs, et nous montrent leur beau pelage vert olive, avec un bel orange sous les ailes.

On rebrousse ensuite chemin pour aller voir les blue lakes, là aussi on a nos déceptions, tout d’abord le chemin s’enfonce dans l’eau. Pas le choix, on enlève nos chaussures et on avance. On sera mouillé jusqu’aux genoux et griffé par les plantes épineuses. On monte à un autre mirador, pour voir la même chose, à savoir le glacier Tasman, mais de plus loin. Bof… On ira ensuite s’installer au camping White Horse Hill pour garantir notre place. On y déjeunera tranquillement. Effectivement à 14h le camping est plein. On profitera du soleil l’après midi puis vers 18h on rejoindra le Kea view point. Petite balade d’une heure au bout de laquelle on aperçoit le mont Cook, qui est magnifique. Mais le lac du glacier à ses pieds est gris. Rien de transcendant.

On ira dîner tranquillement, en compagnie d’une horde de canards, venus picorer les restes des campeurs..

Le lendemain matin on se lève en douceur pour faire la Tasman valley track, 10km pour avoir une belle vue sur le mont Cook et son glacier. Le chemin est hyper bien balisé et surtout une horde de touriste est présente.
J’ai l’impression d’avoir fait 3 fois la même randonnée. Même si le point de vue est beau je m’attendais à autre chose.

Retour à 12h au van pour déguster une bonne fondue de poireaux avant de rejoindre Queenstown pour fêter la nouvelle année.

Queenstown

On est déjà le 31 Décembre, et il va nous falloir trouver de quoi passer le Nouvel An comme il se doit. On rejoindra quelques français pour faire la fête, après un petit apéro. A minuit, le feu d’artifice n’est pas extraordinaire (d’après les autres) moi je le trouve agréable. On s’engouffre dans deux bars au cour de la nuit pour danser un peu. On rentrera à pied à 5h00 du matin, notre van est garé 3km plus loin car tous les campings étaient blindés.

Heureusement personne n’a eu de prune (200$ ça pique sinon). La nuit sera agitée, notre van est secoué par les voitures qui roulent à toute vitesse, et vers 7h plusieurs klaxons résonneront ! Je pense que certains n’aiment pas voir tout ces vans au bord de la route. On traînera au lit jusqu’à 14h, la fête c’est vraiment plus de notre âge, la récupération est trop difficile. La journée est pluvieuse donc on ira juste se promener en centre-ville.

En fin de journée, on rejoindra le « Hub » proche de l’aéroport, un endroit aménagé pour les campeurs avec des toilettes, des douches chaudes et du WiFi, le tout, gratuitement. Puis on rejoindra notre camping gratuit, à une vingtaine de minutes de route, sur les hauteurs à l’est de Queenstown. La vue est censée être belle, mais il pleut et vente beaucoup. On ne voit rien à 10 mètres… Donc on ira se coucher tranquillement après une bonne dose de nouilles instantanées.

Le lendemain, nouvelle journée sportive, on réalisera 2 randonnées. La première c’est la Queenstown hill walkway, on débute vers 12h30, ça monte un peu mais le sommet est magnifique, la vue est impressionnante. 1h30 aller-retour aura suffi.

Nous sommes affamés alors on se dirige au Fergburger (le plus célèbre burger de NZ). J’opte pour un burger aux falafels et Benji pour le plus gros, avec deux steaks. Il y a une queue conséquente (mais moins pire que la veille), on les récupère au bout d’une heure. Ils sont juste énormes !!! C’est pas pour les petites faims. On n’est pas déçus non plus par la qualité, les ingrédients sont bons, le pain est comme il faut, un régal !

On décide de les déguster au Parc de la ville, où grouille plein de petits humains, hurlant de toute part. A 16h30 on n’a qu’une hâte, se barer d’ici. En plus Benji nous trouve une petite rando, le Mount Crichton. En arrivant sur le parking on se fait bouffer par les sandflies alors faut pas traîner. Au début on voulait seulement aller voir les cascades notées sur MapsMe mais en fait elles sont décevantes et comme on déteste faire des allers-retours on décide de faire la boucle complète (10km). On a bien fait car on découvrira un petit refuge de mineur, un tunnel creusé dans la roche pour faire descendre les gravats de la carrière en bas de la vallée, et de beaux points de vues. De plus, la randonnée n’est pas monotone.

On arrive au van vers 19h30 bien crevé et bien puant, on décide de se laver au lavabo des toilettes ( à savoir qu’en NZ beaucoup de toilettes publiques sont plutôt propre).
On rejoindra un free-camping pour la nuit (c’est un combat de tous les jours pour trouver un free camping, on ne veut pas payer 40$ la nuit alors on use d’ingéniosité)

Demain, direction la région des fjords et du Milford Sound…

%d blogueurs aiment cette page :